La pénibilité du travail et le travail soutenable enfin à l’agenda de la Commission Nationale des Pensions. La FGTB a des propositions.

Logo FGTB image_galleryLa FGTB l’exige depuis des mois. Enfin, ce 18 janvier, la Commission Nationale des Pensions initie ses travaux sur la pénibilité du travail.

Pour la FGTB, il devient urgent de garantir les départs anticipés de milliers de travailleurs qui exercent un emploi pénible ou qui ont une longue carrière derrière eux.

Par ailleurs, si l’on veut réellement changer la réalité des travailleurs, la pénibilité doit être envisagée tout au long de la carrière et de manière préventive.

Il suffit de parcourir l’étude de Securex (2015) pour mesurer l’urgence de traiter la question de manière globale. Selon cette étude, 64% des travailleurs en Belgique souffrent du stress. Soit 18,5% de plus qu’en 2010. 97% de travailleurs victimes de stress indiquent que ce stress est nuisible à leur santé. Un travailleur sur 10 dit avoir souffert de burnout (9,2%). Et tous les travailleurs interrogés expliquent que la charge de travail a fortement augmenté au cours des dernières années (+8%).L’enquête Modern Times de la FGTB, publiée en 2014, faisait déjà les mêmes constats alarmants.

La FGTB a développé, avec de nombreux experts de la santé, des propositions concrètes qui seront présentées à la Commission Nationale des Pensions :

  • Il faut garantir une qualité du travail dès l’entrée sur le marché du travail ;
  • La prévention doit être accrue dans tous les domaines de l’entreprise et tout au long de la carrière ;
  • La pénibilité doit être envisagée sur base de critères objectifs et mesurables plutôt que sur base de métiers ;
  • Il faut investir dans la formation ;
  • Les services externes en prévention et l’Inspection du travail doivent être renforcés qualitativement et quantitativement.Une attention particulière au niveau du genre est nécessaire et indispensable ;
  • Les employeurs doivent être responsabilisés. Ils doivent pouvoir être sanctionnés en cas de non-respect des obligations légales de prévention.

Enfin, si l’on veut réellement changer les réalités des travailleurs, si l’on veut garantir un travail de qualité, il est urgent de repenser notre rapport au travail. En prônant des mesures qui adaptent l’organisation du travail aux travailleurs plus âgés, en prévoyant des possibilités de départ anticipé, en garantissant une conciliation vie privée – vie professionnelle.

Et enfin, en répartissant le travail par une réduction collective du temps de travail avec maintien du salaire et embauches compensatoires.

Source.