Discours prononcé par Philippe Godin à l’occasion des voeux 2019 de notre USC

Chers amis, Chers camarades,

Permettez-moi de vous remercier pour votre présence, nombreuse encore, ce midi à l’occasion des traditionnels vœux du nouvel an de notre USC et de notre Bourgmestre.

Je voudrais également vous souhaiter, à vous, à vos proches et celles et ceux qui vous sont chers, une bonne et heureuse année 2019, tant sur le plan de la santé, privé et professionnel, une année enrichissante et enthousiasmante à tous points de vue.

L’année dernière, à la même époque et en cette même occasion, je vous avais entretenu sur l’importance de cette année 2018, qui allait voir se dérouler un scrutin essentiel, à savoir les élections Provinciales et Communales.

En effet, il est incontestable que pour une USC, c’est le scrutin capital, s’il en est, puisqu’il sanctionne ou récompense le travail de nos mandataires durant la dernière législature.

Ce scrutin est d’autant plus attendu et redouté, lorsque le Parti est majoritaire et que les ambitions légitimes et avérées sont, sinon de renforcer ou consolider cette majorité, à tout le moins de la conserver.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’exposer et de vous féliciter, le message est manifestement bien passé auprès de nos militants et de nos concitoyens puisqu’à l’issue de ces élections, nous avons conservé notre majorité absolue.

Le défi n’était pas mince, tenant compte notamment d’un environnement et d’un contexte général qui n’était guère favorable aux socialistes, de sondages qui prédisaient une forte poussée des extrémistes (certains médias n’hésitant pas parfois à les placer devant nous) et de ce que nous avions décidé de faire liste commune avec notre partenaire de la majorité et de nous présenter sur une liste commune et inédite, aux couleurs originales, le PS-H.

Ces résultats, cette victoire, nous Vous les devons et nous Vous en remercions pour nous avoir fait confiance au moment de déposer votre bulletin dans l’urne (et oui, les plaisirs du bulletin papier !) et pour avoir également réussi à convaincre qui, les membres de votre famille, qui, vos proches et connaissances, qui, vos collègues de travail, qui, votre voisin, … soit les 10.197 électeurs herstaliens, soit encore 49,01 % des suffrages exprimés.

Ce score est également et surtout, serais-je tenté de dire, le résultat, non seulement d’une bonne gouvernance, mais également d’une politique dynamique, sociale, soucieuse du bien-être et du mieux-vivre de ses concitoyens, menée par notre Bourgmestre, Fredo et son équipe au Collège.

En lui attribuant un score personnel de plus de 5000 voix, la population herstalienne a voulu confirmer son soutien à son Bourgmestre et l’encourager à poursuivre les travaux et politiques accomplis, que ce soit dans le cadre du maintien de finances saines et maîtrisées, la collaboration tant avec la Régie Communale URBEO, le CPAS, la Zone de Police de HERSTAL, la Société Régionale du Logement, l’AIGS, la Maison de l’Emploi, la Charlemagnerie, la Maison de la Laïcité, le Conseil des Entreprises du Hauts-sarts (je pourrais en citer encore d’autres), l’agrandissement de notre crèche communale (pour en faire l’une des plus grandes de Wallonie), un enseignement de qualité, la poursuite du plan de cohésion sociale, un nouveau marché communal et un renforcement de la collaboration avec nos commerçants, la création du pôle Marexhe-Gare, le projet du Pré-Madame, l’organisation de grandes manifestations sportives et culturelles, de nouveaux jumelages ou encore l’élaboration d’un chauffage urbain, véritable vitrine pour notre ville et ce, même à l’étranger.

Je pourrais multiplier les exemples ; l’électeur herstalien ne s’y est pas trompé.

Aussi, outre bien évidemment notre Bourgmestre que j’ai déjà eu l’occasion de féliciter pour son score personnel exceptionnel, qu’il me soit également permis de remercier Franco, Jean-Louis, Isabelle, Stéphane, Christian, et Thierry qui ont œuvré avec dévouement et compétence au sein de notre Collège précédent, ainsi que nos autres mandataires.

Qu’il me soit permis de féliciter et encourager notre nouveau Collège :

Jean-Louis, Isabelle, Franco, Stéphane, ainsi que nos deux nouvelles recrues féminines, Denise et Bojana, sans oublier André qui fait à présent partie de notre attelage ainsi que nos nouveaux conseillers et mandataires.

Je n’oublie pas nos amis Christian et Thierry qui j’en suis certain retrouveront bientôt un poste à la hauteur du travail qu’ils ont accompli.

Je voudrais également remercier les camarades qui se sont investis sur notre liste et qui n’ont malheureusement pas eu le bonheur d’être élus ; je remercie leur implication et leur donne, d’ores et déjà, rendez-vous pour d’autres défis.

Merci ainsi à :

Chantal DISLINS

Lucienne FRANKSON

Sabri LAHBIB

Brigitte LECLERCQ

Cédric LEMEUNIER

Lara MASUT

Fabrice MAZUY

Claude PODORIESZACH

Sara SPAGNOLETTI

Giovanna VEROLLA

Je voudrais encore remercier chaleureusement et mettre à l’honneur ceux qui ont terminé leur mandat et leur vie politique. Ils ont été des compagnons et des amis de longue date et de longue route.

Je sais que nous pourrons toujours compter sur leur soutien, leur compétence et leur expérience.

Je souhaiterais que nous applaudissions nos camarades :

Albert CREPIN

Maggy KRUYEN

Victor LHOEST

Annie MUSIAUX

Joséphine PAUMEN

  *

*   *

2019 devrait donc être une année plus calme et moins stressante.

Que nenni !

Ce dimanche 26 mai prochain auront, en effet, lieu les élections législatives, régionales et européennes.

Ces élections seront d’autant plus importantes et capitales encore qu’elles devraient, tout d’abord, et nous devons faire en sorte qu’il en soit ainsi, nous débarrasser :

  • niveau fédéral de ce Gouvernent ultra libéral MR-NVA qui n’a eu de cesse durant cette législature de s’attaquer à nos conquêtes sociales, de détruire peu à peu notre sécurité sociale, de diminuer les pensions et le recul de l’âge de la retraite, de supprimer des milliers d’emplois APE et de prôner des politiques en faveur de privilégiés,
  • et au niveau Régional ensuite, de ce Gouvernent MR-CDH constitué après la véritable trahison orchestrée par l’ex-président du CDH lorsqu’il décida seul et sans préavis de « débrancher la prise ».

Ces élections sont également et particulièrement importantes pour Nous, socialistes herstaliens : en effet, et pour la première fois, notre chef de file, notre ami Fredo a été adoubé en qualité de tête de liste aux élections fédérales et aura donc le privilège et la redoutable tâche de tirer cette liste.

C’est évidemment un honneur, une fierté pour notre Parti et Fredo, une reconnaissance de son travail effectué depuis plusieurs années tant au sein de nos instances que sur le terrain ; c’est surtout un beau chalenge.

Pour relever celui-ci, Fredo aura, à nouveau, et bien plus encore, besoin de Nous, besoin de Vous.

Je ne doute pas, à cet égard, de votre soutien et de votre fidélité.

Il ne faudrait pas toutefois considérer qu’après avoir subi une politique ultradroite dure et égoïste, qu’inévitablement, le jeu du balancier va fonctionner et que nos concitoyens vont, à nouveau, plébisciter une politique conforme à nos valeurs, fondée sur une Société plus juste, plus solidaire et plus fraternelle.

Nous voyons, en effet, émerger actuellement dans différents pays et dont le nôtre, des hommes, des partis et des idées au relent populiste, démagogique, voire carrément xénophobe et raciste ainsi que l’apparition de groupes de citoyens qui éprouvent le besoin de se rassembler, de manifester certes parfois de manière confuse et violente, mais avec l’intention de faire part de leur ras-le-bol, de leur découragement, voire de leur haine vis-à-vis de nos institutions et de la chose politique en général.

Nous voyons même maintenant des mouvements d’étudiants et de lycéens manifester dans les rues pour le climat.

Nous ne devons pas sous-estimer ces mouvements sociaux, qu’il est encore difficile de pouvoir cerner correctement, tenant compte de la diversité des manifestants, des revendications ainsi que des manières de l’exprimer et nous ne pouvons non plus parier sur un essoufflement ou un découragement de ceux-ci.

Les prochaines élections sont précisément le moment et l’occasion idéales pour exprimer de manière démocratique dans le chef de ces manifestants cette exaspération et cette volonté de changement.

Ces changements se sont d’ailleurs déjà fait sentir lors des dernières élections communales.

Une enquête réalisée par le Magazine Le Vif-L ’express a mis en exergue ainsi une tendance inquiétante à savoir que l’électorat jeune, dans la tranche d’âge 18-34 ans désavoue la démocratie et vote en grande partie blanc ou est tenté par une offre antisystème, y compris non-démocratique comme le PP.

Cela démontre malheureusement l’incapacité des partis traditionnels à renouveler leur électorat.

Cela démontre encore la nécessité pour nos élus de devoir « reconquérir les cœurs citoyens dans toutes les catégories de la population ».

Nous devons apprendre de ces changements qui foisonnent au sein de notre Société.

Tâchons d’éviter ainsi le syndrome de la ligne Maginot, en d’autres termes, la croyance tragiquement illusoire que le mal reviendra toujours du même côté.

A cet égard, j’ai tout particulièrement apprécié la tribune écrite au Journal le « Monde » par Benoît HAMON, dernier candidat socialiste aux élections présidentielles françaises et qui appelle à réinventer une gauche démocratique et fraternelle, appelée à gouverner face à l’emprise négative des libéraux et des populistes.

Il stigmatise, à cet égard, les responsables politiques, premier gardien du dialogue civique qui ont failli, qui par leur perpétuel cyclone de polémique dérisoire, ont abîmé le débat démocratique et repoussé les citoyens aux frontières du populisme.

Il prône, à cet égard, « l’éthique de l’humilité », en regard « de l’incapacité des élus à transformer le réel sans l’engagement de la Société » et entend promouvoir « l’efficacité d’un partage démocratique du pouvoir face à ceux qui le concentrent ou le confisquent à leur profit ».

Ce devoir et cette éthique de l’humilité, du respect de nos institutions, de nos citoyens, de leur confiance est indispensable si nous voulons reconquérir un électorat fort et déterminé, si nous voulons attirer à nous et convaincre de la justesse de nos valeurs et de nos idées et si nous voulons plaire à nos jeunes électeurs, déboussolés et dégoutés actuellement de la chose politique.

C’est un combat quotidien, un engagement sans faille, une volonté inébranlable.

Nous devons convaincre et militer comme le rappelle du reste notre Président de la Fédération dans son dernier édito.

Pour cela, et pour toi, Fredo, je te fais, nous te faisons confiance.

Tu as prouvé jusqu’alors cet engagement, cette détermination, cette humilité, récompensés dernièrement par plus de nos 5000 électeurs herstaliens et bientôt plébiscité, j’en suis convaincu, par plusieurs autres milliers d’électeurs wallons, dans ce nouveau rendez-vous, ton rendez-vous.

Tu ne dis pas autre chose dans ton dernier édito également dans le magazine PS lorsque tu fais « confiance à notre intelligence collective et à la force de nos idéaux pour construire une alternative de progrès », « un projet de gauche rassembleur porté par des hommes et des femmes capables d’assumer leurs responsabilités afin de peser sur le quotidien des gens et pas seulement qu’en paroles ».

« La reconnaissance du travail bien fait est une récompense souvent bien plus appréciée qu’un salaire ».

Nul doute, mon cher Fredo, que les électeurs te récompenseront bientôt.

Bonne année à toutes et à tous.

Philippe GODIN

Président de l’USC Herstal